Se rapprocher d'une certaine douceur de vivre...aller à l'essentiel.


Les moyens permettant de rejoindre le meilleur de soi-même sont majoritairement simples ! Seules nos  activités cérébrales sont complexes.

Le parcours qui mène au réconfort est souvent tellement direct, qui nous en avons perdu l'évidence !

Les ressources du lâcher-prise sont infinies !

Une porte ouverte pour renouer, ici, en direct, avec le mécanisme de chance et de succès qui dort en chacun d'entre nous.


...quand il est important de réagir


Les difficultés relationnelles sont là ! Réveilles-toi !

Se fortifier moralement pour se protéger des confits.

Votre attitude intérieure est aussi importante dans la résolution des conflits que la réaction de l’autre. Pour la fortifier, sachez qu’en connaissant  mieux les rouages de votre personnalité vous serez plus êtes souple et distancié sur la relation. Commencer par soi, avant d’investir l’autre et lui faire porter tous les chapeaux de la responsabilité !
Ne l’ignorez pas !  Les relations humaines sont généralement conflictuelles . Ce frottement permet de nous affirmer et de mieux mette à jour nos fragilités.

Développer un certain recul sur soi, voire un certain sens de l’humour sur soi,  permet d’être moins fragile : en effet, en restant focalisé sur une vision narcissique de votre personne, vous êtes certain d’être une proie emplie de susceptibilité, condamné ainsi à vous plier dès que la mer monte. Vous avez certainement de bons droits, mais l’autre aussi.

Les arts martiaux, tels que l’aïkido,  nous l’apprennent : accompagnez la force agressive de l’autre, telle un mouvement lancé dans le vide, elle se retrouvera stérile et vous pourrez, à ce moment-là intervenir !

Stratégie ? Non, tout simplement un savoir-vivre et la capacité de mettre votre énergie là où il faut ! Ne sommes nous pas dans une société de l’épuisement ? Le point d’arrêt à l’épuisement, c’est quand vous le voulez !
Bonne nouvelle, non ?

0 commentaires

A propos de la solitude

Sortir de la confusion : la solitude, l'isolement, ce ne sont pas les mêmes choses !

La solitude, d’un certain point de vue, nous caractérise tous en tant qu'êtres humains. Dans les épreuves, nous ne pouvons compter que sur nos déclenchements. C’est une situation de fait. La situation de l’isolement est plus difficile à vivre, car nous la subissons. Elle présente différents visages. Une séparation, un déplacement, une maladie, une différence sociale, une mauvaise image de soi. Ses conséquences probables : une difficulté à gérer les problèmes relationnels ou à prendre du recul.
Quelle qu’en soit l’origine, il est utile que vous puissiez avoir à l’esprit ceci : il est important de vous mettre en changement par des petits progrès, réguliers, constants. D’imaginer ce changement lent et régulier. Comme lorsque l’on apprivoise un animal. Prenez votre temps,
mais avancez régulièrement ! Ayez à l’esprit le principe de la vie qui enseigne que tout est toujours en mouvement. Que la stagnation n’existe pas ! La roue de la vie tourne !

0 commentaires

A propos du sentiment d’injustice.

Le sentiment d'injustice, un sentiment stérilisant.

Faut-il toujours vivre avec un sentiment d’injustice pour se sentir exister ? Pour certaines personnes oui.
Le sentiment d’injustice est normal et créatif, lorsqu’il est ponctuel, conjoncturel et qu’il devient très vite substitué à une action constructive, une décision. C’est sa ressource positive. Par contre, si vous avez pris l’habitude de vivre avec les lunettes de l’injustice sur les yeux, sans doute êtes vous en panne de confiance personnelle. Une progression pourra s’amorcer lorsque vous comprendrez que vous vous isolez des autres personnes, car au bout du compte elles vont vous éviter : vous racontez toujours la même chose !! Vous pouvez même être très épuisant pour eux. Vos propres sentiments, cultivés à souhait par le filtre de l’injustice, entretiennent en permanence en vous des émotions parasites, comme la peur et la colère. C'est donc très très fatigant pour votre corps !
Enfin, prenez du recul, en admettant tout simplement, qu’un monde “juste” n’existe pas ! (même si ça peut devenir un idéal).Vous passez votre temps à lutter contre des moulins à vent !

0 commentaires

Arrêter d’attendre le pire ! Tout un programme !

Comment se sentir indépendant dans l'inconscient collectif.

La morosité sociale est une donnée de la culture française bien connue. La preuve en est, nous battons les records en ce qui concerne la consommation de médicaments contre l’anxiété et la dépression.
Il y a dans cette morosité de nombreux attachements à des croyances diverses sur le “fonctionnement de la vie”. “Attendre toujours le pire “est une pensée automatisée élaborée, par
conséquent, inconsciemment. Derrière cette forme pensée, nous retrouvons la peur de l’avenir ou de ce qui n’est pas connu. Cette dynamique émotionnelle empêche totalement, celui qui s’y habitue, de de vivre le présent et peut aussi considérablement épuiser son entourage. Les dégâts de cette croyance sont bien réels et touchent
autant la sphère individuelle que la vie relationnelle, donc sociale. Nous sommes maîtres de nos pensées, mais pas forcément de notre destin. Donc, pour changer, une solution simple et efficace, revenir à la
case départ : vivre l’instant présent en élaborant en soi un havre de paix. Soyez persuadé que dans votre vie, tout ce que vous aurez à vivre aura un sens et que les évènements s’enchaîneront “ en temps voulu”.

0 commentaires

Comment réagir au découragement !

 Tout change, tout bouge : un jour avec, un autre sans.

Si vous estimez que vous avez suffisamment souffert de la  dévalorisation permanente pendant vos moments de déprime ou de doute, ou encore, si votre environnement  ne vous a pas épargné(e), alors il est grand temps de réagir. A l’heure où la mode est aux régimes en tous genres, il est temps de vous mettre au régime mental. Développez graduellement une bonne image de vous. Retrouvez dans votre mémoire des moments associés à de la performance ou de la plénitude. Dites-vous que cette  bonne expérience est mémorisée dans votre corps.
Allez la chercher ! Travaillez votre volonté et votre imagination : Imaginez pour cela une route sur laquelle vous progressez lentement et sûrement jusqu’à l’étape finale. Elle est représentée par un symbole, une image, un paysage qui indiquent l’harmonie.  Cette dynamique de l’effort se rapproche de la quête de sens. Nous avons tous besoin pour progresser d’avoir des buts pour avancer qui soient perçus comme sains et réconfortants. Rappelez-vous que ce qui est acquis par la patience est plus apprécié que ce qui est donné immédiatement.

0 commentaires

Déployez une banderole de confiance  et devenez acteur de votre vie !

La précieuse confiance : la meilleure militante pour votre vie !

Comme il est toujours plus facile de se réfugier derrière la plainte et l'attente magique des solutions, une des techniques qui permet de retrouver le déclic de la confiance est l'écriture.
Vous pouvez expérimenter cet exercice en  prenant une feuille.
Tracez 2 colonnes. Notez à gauche la liste de tous les inconforts que vous ne souhaitez plus vivre du fait de vos émotions, de vos comportements ou échecs.
Dans la colonne de droite, complétez ou traduisez respectivement ces phrases en utilisant une forme affirmative.
Exemple :
"Le sommeil, l'insomnie” deviendra :  “J'ai envie et besoin de retrouver un équilibre du sommeil”.
“J’ai peur de ces réunions qui m'angoissent” deviendra “ je suis compétent, je reste à ma place, je fais juste le nécessaire et tout ira bien”.
Vous l'avez compris, le sens de ces phrases et leur vitalité sont activés différemment en les exprimant en disant “je” et en exprimant votre besoin ou envie Ce n'est pas la méthode Coué (qui n'est que cérébrale), mais une activation de tout votre espace émotionnel.
L'impact psychoaffectif de ces nouvelle visions de votre réalité sont fortes de sens.
A vous de le découvrir et de trouver vos réponses !

0 commentaires

Décider d'entreprendre une thérapie.

Je décide le changement toujours au bon moment "pour moi".

Voilà sans doute la réaction que vous aurez, après avoir expérimenté la voie de la détente pour répondre à votre perte de contrôle. N’entretenez aucun sentiment de regret à ce sujet, voilà pourquoi ! La vie est faite de cycles dans l’évolution psychologique : il y a un temps pour tout.
Nous avons des capacités d’adaptation incroyable, puis au bout d‘un moment, il est temps de lâcher-prise, alors une porte s’ouvre. C’est un processus normal. Il est donc inutile de s’appesantir sur les regrets : “ Si j’avais su”.
Tout arrive en temps voulu. Tout est une question de maturation. Il ne sert à rien de cultiver les graines du regret dans votre jardin, elles ne pousseront jamais. Seul existe l’instant présent pour être et agir.

0 commentaires