"Mon petit doigt m'a dit": un blog consacré au développement personnel !



Coucou ! Les derniers posts publiés sont regroupés ci-dessous. P@scale :-)
Coucou ! Les derniers posts publiés sont regroupés ci-dessous. P@scale :-)

L'humour : un miroir social

  • La réflexion sur le sens et le rôle de l’humour nous renvoie immédiatement à de la psychologie sociale. En effet, par définition, pour faire de l’humour, il faut au moins être deux !
  • La recherche que nous menons cette année, dans nos ateliers, sur la fonction de l’humour et sur son contenu, nous permet de vérifier que l'étude des procédés humoristiques est un tremplin de partage.  Il offre une belle ouverture sur la connaissance de l'autre , qu'il est un vecteur de joie et d’intimité réconfortant.
  • Lorsqu’une personne « fait de l’humour » que nous raconte-t-elle au deuxième degré :

    1.    Elle nous parle d’elle « autrement » : recherche d’une forme d’affirmation. Besoin de convoquer du plaisir chez l’autre (excellent antidépresseur !),
    2.    Elle se dévoile un peu, voire beaucoup,
    3.    Elle prend le risque de ne pas être comprise et l’assume a priori,
    4.    Elle développe sa sympathie et permet aux autres de se sentir bien un moment,
    5.    Elle affirme sa capacité à prendre du recul,
    6.    La pratique naturelle de l’humour est un bon indicateur de maturité et d’aisance relationnelle.

  • De nouvelles formes d’humour sont apparues par l’usage des réseaux sociaux. Malheureusement, ces expressions de l’humour sont souvent utilisées pour dénigrer ou se moquer. Une quantité faramineuse de signaux dits « humoristiques » peuvent être visionnés en boucle toute la journée. Mais alors pourquoi les personnes perdent-elles le sens de l’humour ? Parce que l’humour virtuel, ne remplacera jamais l’humour du face-à-face direct et nous venons de lire toutes les vertus de la pratique humoristique !
  • Le sens de l'humour est-il en train de se perdre ? Alors que l’on évoque de plus en plus la remédiation au « réchauffement climatique », ne serait-il pas agréable aussi de se reprendre en mains, de réagir pour limiter le « rafraîchissement humain » qui peut s'insinuer dans les partages de la "Vraie Vie" :-)
  • Lorsque l'on prend connaissance de la liste (non exhaustive) des six bénéfices du rire et de l'humour,  cela en vaut la peine, non !
  • La pratique de l'humour,  quel bon baromètre de l’équilibre des relations humaines et de la respiration de la vie sociale !
0 commentaires

La voix : un support efficace à l'affirmation personnelle.

  • Parmi les outils favorisant une affirmation personnelle, il est bien sûr possible d’aborder celle-ci sous l’angle de la psychologie : décider, faire, pensée positive etc. Mais les résultats escomptés ne viennent pas forcément. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a ici qu’une mobilisation intellectuelle. L'exercice de la mobilisation de ses pensées à voix hautes apporte des résultats différents.Pourquoi la mobilisation consciente de la voix fonctionne-t-elle si bien ?
  • Voici la description de la technique d’expression à "voix haute" (adaptation d’un exercice de la méthode Vittoz).
  • Dans quelles situations utiliser cette expérimentation ? Ici, nous donnerons l’exemple d’une recherche personnelle pour préparer un entretien, négocier une idée ou un projet, retrouver de la clarté intérieure ou à des moments précis où il peut siéger en vous un espace de confusion.
  • La pratique de la marche à voix haute se pratique en principe chez soi, seul-e. Il s’agit de mettre en place une déambulation tout en évoquant à haute voix ce qui nous touche, tracasse (peur, anxiété, confusion). Cette déambulation doit se vivre de 15 à 30 minutes.
  • Évidemment, vous allez répéter plusieurs fois les mêmes choses.  Mais le contenu va progresser et vous arriverez très vite à l’essentiel. Je recommande de prendre un temps final de pause, d’analyse et de noter ce qui a progressé. Il y a toujours des réponses imprévisibles et constructives Pourquoi ? La voix haute (en se parlant à soi, si vous préférez) permet :

    1.    De s’entendre parler et d’écouter sans l’interférence du regard de l’autre,
    2.    De libérer les émotions invalidantes,
    3.    De clarifier l’esprit et d’aller à l’essentiel,
    4.    De prendre du recul et de se sentir OK, légitime, pertinent sur le sujet abordé. Les blocages sont levés !
    5.    On se sent bien « dans sa peau » après ! On a l’impression d’avoir ouvert une Voie !

C’est à vous de trouver votre chemin maintenant !

Après tout de la Voie et la Voix, il n’y a qu’une petite lettre qui change !

 

0 commentaires

Pratiquer la visualisation créatrice pour animer vos projets.

La pratique de la visualisation créatrice est un excellent support permettant de mettre en

œuvre l'animation émotionnelle de nos projets en cours ou à venir. En quoi consiste t-elle précisément ?

Une visualisation permet de se représenter la forme générale d'une situation à vivre ultérieurement d'une manière

agréable et satisfaisante. Dans ce scénario, les blocages habituels, les doutes sont balayés.
Elle permet à notre espace psycho-corporel de se connecter avec le projet l'animation du projet (unité corps-esprit).

Cette technique est utilisée, par exemple, par les sportifs. Mais elle est aussi très efficace pour

un examen, un concours (oral) ou avant une échéance médicalisée.

Cette pratique nécessite une bonne connaissance de l'intériorisation.

Elle est un antidote naturel à la gestion de l'anxiété et à la libérations des peurs.

La mise en condition de cette représentation intérieure représente, un moment unique  de relaxation.

Elle sollicite la concentration et donne de l'axe à la volonté ( une forme de répétition générale intérieure).

 

Deux autres critères sont aussi utiles et nécessaires  à sa bonne mise en œuvre

La visualisation créatrice, pour être efficace, réalise toujours avec une représentation du parcours, du moment à vivre d'une manière"optimum". C'est-à-dire, ce que vous avez parfois du mal à faire, lorsque vous vous projeter uniquement par

le filtre de votre intellect.

Elle est parfois qualifiée de "visualisation positive", car elle sait embrasser ou se projeter dans la visualisation

d'un moment de vie d'une manière idéale : un vécu plein et entier où le doute, la tergiversation n'ont pas de place.

Pour être efficace, elle se vivra toujours avec un cerveau détendu en état dit de relaxation. Et cette idéalisation, n'a rien à voir

avec de l'utopie. Ce sont tous les espaces du cerveau et de la conscience qui travaillent mains dans la main.

C'est donc ce qui la différencie des cogitations anxieuses sur vos projets à venir. A vous de mettre en pratique !

 


Se donner l'autorisation de progresser.

Se sentir victime ou prisonnier d'une situation relationnelle, conjugale, professionnelle, médicale nous savons bien le vivre ! Comment générer de l'ouverture, de la créativité lorsque nous sommes dans ces épreuves.

 

Si nous souhaitons nous sentir libre ou autonome, il est important de savoir aussi "nous donner le droit d'avancer" et pour cela l'Autre, derrière lequel nous savons nous réfugier pour justifier l'origine de nos inhibitions, a le beau rôle !

Restons pragmatique : à quoi bon attribuer à une situation ou personne extérieure l'origine de nos blocages ?

 

Il est impossible de changer, modifier l'autre. Par compte, chacun est libre d'avancer sur sa voie.

La loi de l'attraction, très présente aussi dans les interactions humaines, vous apportera toujours de situations en lien

avec notre vulnérabilité intérieure. Si une situations toxique, dérangeante m'affecte, c'est parce que je suis fragile sur un certain point dont je n'ai pas conscience... pour l'instant.

 

Vivre d'une manière plus adulte la relation, c'est se donner le droit d'avancer, de franchir le pas... une forme d'audace de se sentir autonome moralement et émotionnellement. "Je me donne le droit", cela signifie qu'il n'y a que moi qui puisse décider de cette autorisation intérieure. Quel beau challenge de liberté, n'est-ce pas ?

C'est une voie de recherche en thérapie très fructueuse, à travers laquelle on obtient des résultats palpables rapidement !

 


0 commentaires

Connaître ses origines et savoir les aimer.

La vie peut apparaître comme un combat. Comment reprendre des forces dans des moments de doute.

Nos racines, nous en avons tous, sont la source de certains de nos déboires (c'est ici la tâche régulière du travail de thérapie), mais elles ne sont pas uniquement opaques.

Il est plus facile d'avancer lorsque l'on connaît ses origines, c'est un fait. Il est tout aussi important de n'en pas oublier les points forts et les ressources, qu'elles soient humaines, culturelles, spirituelles, environnementales.

Quelques exemples où le passé est et peut rester  une ressource fiable.

  • Avoir vécu à la campagne, avoir pu bénéficier d'une vie assez stable : sans trop déménager.
  • Avoir réussi à définir une personne référente, un mentor pour accompagner notre chemin, nous identifier à une image de force. Cette personne venant se substituer naturellement à ce que la famille, les parents ne peuvent apporter.
  • L'importance des valeurs transmises : des cadres, des rigidités nécessaires pour situer le bien et le mal. Pour nous permettre aussi de bouleverser notre précieux Surmoi  à l'adolescence... plutôt qu'à 40 ans...ou plus...
  • L'importance de notre regard porté sur les épreuves, de sortir de la victimisation à outrance. Ces étapes de vie sont des moyens de progression personnelle et non des gouffres.
  • S'aimer et aimer tout ce que la vie nous offre : le lumineux, comme l'opaque.

Au cœur de décisions majeures, nous pouvons compter sur nos racines, la force de nos origines est toujours là, il suffit de s'y réfugier et de décider aussi de ne plus se sentir abattu par le passé : chaque épreuve apporte des réponses et ouvre à des solutions multiples lorsqu'elle est travaillée en ce sens !

 

"Aimer ses racines et ses origines, c'est regarder loin devant soi ". Texte chanson - Grand corps malade/Idir.

 


Vivre avec audace et simplicité

Sortir de la routine, une aventure à porter de mains.

 

Lorsqu'il y a de la tristesse dans la vie, des pensées routinières qui reformulent un contenu au disque rayé, c'est peut-être le moment de passer à l'action !

L'audace n'est pas une force "carnassière", elle peut aussi être guidée par de la douceur, qui lui confère, elle, un sentiment de sécurité. En fait, c'est souvent cette conception erronée de l'audace qui empêche la réalisation de projets.

L'audace et la simplicité sont un peu comme le yin et le yang dans notre manière de guider notre vie.

 

Vivre l’expérience de l'audace  en l'associant à la simplicité, c’est une voie agréable, une forme de bonheur. Jouer sa vie avec justesse, sans faire de fausses notes. C’est une porte qui s’ouvre vers la jeunesse intérieure....une bonne manière de ne pas avoir le sentiment de subir  l’avenir !    


Vivre avec audace et simplicité, c’est  se prendre en mains à la fois avec générosité et douceur.

Nous travaillons actuellement sur ces sujets de réflexions.

Si vous souhaitez rejoindre ce sujet de réflexion en coaching, contactez-moi :-)

 


0 commentaires

Observer vos comportements et vos attachements.

Libérer les chaînes de certaines relations épuisantes.

 

Je vais vous inviter à réfléchir sur l'impact du besoin d'approbation dans notre vie : le vôtre et celui des autres.
Vous pourrez ainsi expérimenter le lien avec l'expérience du détachement, recherché dans la pratique de le méditation,  et analyser de vos comportements automatiques en société.
    •    Vous concernant : prenez l'habitude de rester plus silencieux dans certaines situations :  vous exposer en parlant de vous,  vouloir avoir raison. Si vous conseillez les autres, ne pas se sentir  blessé, si "je "ne suis pas écouté-e.
    •    Dans les interactions relationnelles, observez ceci :  prenez du recul vis à vis des personnes qui se plaignent souvent...  Et rapprochez-vous de celles qui sont plus réservées et qui ont certainement des choses importantes à dire. Essayer, d'une manière générale, de ne pas vous sentir obligé-e de donner votre avis...
Un petite phrase que illustrerait cela
    •    "Laisser retomber la poussière... mais pour cela, le mieux serait de ne pas la soulever..."


0 commentaires