Quand l'esprit devient votre meilleur compagnon.

Faire la paix avec vos pensées parasites.

 

La qualité et quantité de notre activité cérébrale contribuent grandement à notre confort psychologique.

Comment mener à bien un apaisement de l'esprit et se réconcilier avec soi-même  ? Quelques repères de la relaxologue.

 

Vos pensées anarchiques présentent des formes pouvant s'additionner : leur flux, leur couleur, leur retentissement.

  • Le flux constant de vos pensées vous indiquent une manière inadaptée de gérer votre énergie au niveau psycho-corporel. Il devient le reflet d'une perte de contact avec soi. Pourquoi ne pas tenter cette solution simple pendant trois semaines : vivez plus dans votre corps et dans le monde de vos sensations tactiles en général. Pour cela, il suffit de réaliser de simples marches avec une bonne respiration ou de  de développer  l'utilisation de vos mains dans les habitudes quotidiennes (repas, hygiène personnelle, bricolage de base).
  • Lorsque la couleur de vos pensées devient sombre, cela vous signale l'effet -ou la cause - d' une affection morale plus significative. Ce que beaucoup de personnes ignorent, c'est que les pensées sont une réelle nourriture et qu'elles conditionnent l'équilibre énergétique de tout notre corps. Je suis souvent frappée de voir à quel point certaines personnes se préoccupent de l'alimentation de leur assiette, mais si peu de l'alimentation morale apportée par les couleurs de leurs pensées. En réalité, le contenu de nos pensées affectent réellement notre équilibre énergétique et notre potentiel de vitalité en général.
  • Le retentissement ou la permanence des pensées dans le temps vont s'élaborer sous forme de ruminations mentales intempestives,  d' idées fixes ou sombres. Ces états intérieurs  nous renvoient directement à une difficulté de prise du recul ou de capacité à faire le vide. Comment progresser ?   Quelques repères pour dédramatiser.
  1. Nos pensées ne sont pas une réalité, mais nous pouvons croire qu'elles le sont.
  2. Par exemple : si vous ressentez un climat d'insécurité de guerre, alors que vous êtes installé tranquillement dans votre salon, cela provient de votre perception erronée de cette réalité, mais non pas du contexte dans lequel vous vivez ici et maintenant. 
  3. Si vous êtes en permanence inquiet, sujet à attendre le pire, le processus de stress se déclenche associé à toute la biochimie qui va stimuler les terminaisons nerveuses et épuiser vos ressources naturelles de résistance. 
  4. Ces micros messages apportés régulièrement au corps, vont à terme épuiser les ressources de vos surrénales et votre corps sera moins réactif dans des situations de stress concrètes.
  5. Mais surtout, la perte de contrôle des pensées correspond à une perte de contact avec la réalité et l'objectivité de ce que vous vivez dans l'instant présent et cela peut affecter vos relations : l'image que vous avez de vous et l'image que les autres se font de vous. Ces troubles de l'activité cérébrale sont qualifiés dans le langage courant par l'anxiété.

Les solutions et la sortie du tunnel existent grâce à la relaxation, car elle prend en charge le corps !

  • Plus une personne est cérébrale, moins elle est connectée à son corps, aux sensations et à l'utilité d'une bonne hygiène de vie au sens large ( le corps, la prévention au niveau de la santé, l'hygiène, le soin).
  • Solutions ! La pratique de la relaxation et du yoga permet de se connecter à son corps et apporte à l'esprit un très bonne éducation  : apprendre à libérer les pensées parasites et à générer des états intérieurs bienveillants pour soi.
  • Pour vivre d'une manière moins cérébrale et retrouver un rapport plus objectif à la vie , il est donc indispensable de revenir à l'écoute et au respect de notre corps ! 
  • >>> A lire aussi : A propos de l'anxiété.

Écrire commentaire

Commentaires : 0